Créer son potager gourmand chez soi

22 juin 2021
281 vues
7 minutes de lecture

Vous souhaitez savourer vos propres fruits et légumes ou agrémenter vos plats d’herbes aromatiques fraîchement cueillies ? C’est possible, même si vous habitez en pleine ville : balcon, terrasse et cuisine sont autant de possibilités pour accueillir un potager productif. Voici quelques astuces qui vous guideront, de la semence à la récolte.

Les potagers urbains ont le vent en poupe : voir pousser ses cultures est un plaisir accessible à tous. En outre, avec leurs formes, textures et coloris multiples, les plantations sont des éléments de nature et de décoration vivement appréciés des citadins.

Avant de se lancer…

L’installation d’un potager doit se faire dans le respect de l’esthétique du quartier et/ou du bâtiment, tout en évitant de produire des nuisances pour le voisinage, notamment en ce qui concerne l’écoulement de l’eau d’arrosage. N’oubliez pas de contrôler la structure statique de votre balcon, car les jardinières plantées avec un terreau humide pèsent lourd. En cas de doute, mieux vaut se renseigner auprès de l’architecte.

Le type de contenants sera choisi en fonction de la place disponible mais aussi du design que l’on compte donner à son petit jardin. Du côté des pots, ceux en terre cuite sont à privilégier, car ils laissent passer l’eau et l’air. Il faut toutefois les protéger du froid en hiver et des fortes chaleurs estivales, ou les déplacer temporairement à l’intérieur du logement. Vous pouvez aussi opter pour des bacs au pied des murs latéraux ; haricots, pois, concombres ou même melons grimperont le long d’un treillage solidement fixé. Quant aux jardinières surélevées, sur pieds ou à roulettes, elles sont ergonomiques et pratiques à insérer dans des espaces restreints. Enfin, les carrés ou rectangles potagers sont faciles à monter. Disponibles en plusieurs tailles, ils s’adaptent aux petites comme aux grandes surfaces et se déclinent en divers matériaux (bois, acier, plastique, osier, etc.).

Que planter ?

Les herbes aromatiques prennent peu de place : une jardinière combinant thym, menthe, ciboulette, estragon, persil, sauge et basilic est une idée judicieuse. Il existe des mélanges d’aromatiques déjà prêts dans les commerces.

Côté légumes, les tomates-cerises, les salades et les radis, ainsi que les aubergines et les courgettes conviennent très bien. Certaines variétés de mini-légumes (concombres, pastèques, poivrons, etc.) sont également adaptées à la culture en pots ou en jardinières. Enfin, rien de tel que les petits fruits gorgés de soleil : fraises, groseilles, framboises, etc. Pensez à ajouter quelques fleurs comestibles ornementales ; elles apporteront de la couleur et de la fantaisie à vos recettes.

La cuisine se transforme en potager

Si votre logement ne dispose pas de terrasse ni de balcon, vous pouvez réaliser un mini-potager dans votre cuisine : il vous procurera des herbes aromatiques, ainsi que de petits fruits et légumes. Plantez-y du basilic, du persil, du thym, de la ciboulette, de la menthe ou encore des fraises. Ce potager d’intérieur est un moyen idéal d’amener un brin de nature dans son habitation. Côté contenants, les pots en terre cuite apportent un look naturel et authentique. La plupart des plantes aromatiques sont très gourmandes en eau. Solution pratique, les pots à réserve d’eau contiennent un compartiment d’eau et un système qui procure aux plantes la quantité exacte d’eau dont elles ont besoin.

Les bons gestes

Pour créer son potager, il faudra d’abord installer un feutre géotextile de plantation au fond du bac ou du carré potager, puis répandre des billes d’argile sur 3 cm pour faciliter le drainage. Il s’agira ensuite d’étendre une seconde couche de feutre puis de remplir le contenant avec du terreau (sans tourbe) auquel on ajoutera un engrais naturel.

Notez que, pour les légumes-racines tels que carottes ou radis, il faut compter une hauteur de terreau de 40 cm ; quant aux légumes comme les salades, les radis rouges, les haricots nains et les oignons, 30 cm suffisent. Inutile d’ajouter plus de terreau afin de ne pas alourdir la jardinière. Une fois que la terre aura été tassée, les plantons seront disposés (les plus hauts à l’arrière) et complétés éventuellement par du semis (radis par exemple). Il ne restera plus qu’à planter en tassant bien la terre autour des végétaux et à arroser régulièrement – de préférence le matin – au pied des plantes. Un système d’arrosage à diffusion lente peut être installé. L’ajout hebdomadaire d’un fertilisant organique à l’eau d’arrosage favorise une croissance rapide des légumes et leur apporte tous les nutriments nécessaires au cours d’une saison de culture. Très tendance : les étiquettes en ardoise qui identifient les plantations.

Dans le cadre de l’aménagement paysager de leur cour, jardin collectif ou même toiture, certains copropriétaires intègrent des potagers urbains : ces petits espaces deviendront rapidement des lieux de convivialité et de rencontres intergénérationnelles. Les habitants aguerris à la pratique du jardinage pourront transmettre leur expérience aux autres. Un petit paradis à partager ! Si vous souhaitez réaliser un potager plus conséquent et/ou en pleine terre, adressez-vous à une entreprise de jardinage ou à un architecte-paysagiste. Ils sauront réaliser un potager sur mesure que vous pourrez ensuite développer et entretenir à votre gré.

Pérenniser ses cultures

La récolte sera fructueuse dès la première année ; la terre contenue dans les jardinières s’appauvrit toutefois rapidement. Il est donc recommandé de la renouveler au moins partiellement chaque année. Dans les magasins de jardinerie, des spécialistes sont à votre disposition pour vous fournir des conseils, par exemple sur les distances à respecter entre les plants ou sur la nécessité éventuelle d’installer des tuteurs. Très utile : un calendrier indiquant les dates de plantation, et quelques informations de base comme le niveau d’ensoleillement requis ou la profondeur du terreau.

La production d’un potager urbain ne vous permettra pas de vous nourrir de manière autonome, mais constituera sans aucun doute un baume contre le stress de la vie quotidienne !

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Editorial - Juin 2021

Merci Pascal !
Christophe Aumeunier
4 minutes de lecture