Elections cantonales – Appel à la mobilisation générale : allons voter !

6 mars 2023
790 vues
4 minutes de lecture

La CGI ne manque pas de faire connaître son point de vue sur chaque sujet immobilier. Elle dépose très souvent des prises de position tant au niveau cantonal que fédéral. Ainsi, nous constatons que, très respectée par les pouvoirs exécutifs et législatifs, elle a véritablement acquis la réputation d’une association puissante qui défend sans concession les intérêts des propriétaires, tout en restant ouverte au dialogue et prête à formuler des solutions constructives.

Représenter et défendre les propriétaires genevois

L’expertise apportée par les membres de notre comité et nos commissions est très appréciée par nos interlocuteurs. Elle constitue, sans nul doute, un important facteur de son succès. Nous favorisons aussi le dépôt de textes législatifs favorables aux propriétaires. La représentativité constituée par plus de 6600 membres (beaucoup plus, en réalité, puisque nous ne comptons à la CGI qu’un membre par objet immobilier) nous permet de montrer notre détermination et notre ténacité. Forts de ces atouts, nous nous engageons activement dans toutes les campagnes de votation touchant à l’immobilier.

« Il reste donc beaucoup à faire. La propriété n’a jamais été aussi attaquée à Genève. »

Des relais politiques indispensables et fructueux

Grâce aux relais politiques efficaces mis en place lors des dernières élections, d’importants succès qui découlent directement de nos activités ont été enregistrés :

  • Refus d’une valeur fiscale des appartements et des villas fixée à un prix spot du marché
  • Possibilité de poser des panneaux solaires sans autorisation de construire
  • Obligation de réaliser – même si nous le considérons insuffisant – au moins 20 % de PPE en zone de développement
  • Négociation d’indemnités publiques pour favoriser le maintien de locataires commerciaux suite aux fermetures COVID obligatoires (accords Vesta)
  • Négociations d’indemnités publiques pour favoriser le maintien de locataires de logements qui ont rencontré des difficultés en raison de la crise COVID (accord Domos)
  • Refus de l’allongement de 10 ans à 15 ans du délai de contrôle en zone de développement
  • Indexation des loyers LDTR de CHF 3405.- la pièce l’an à CHF 2528.-
  • Invalidation, grâce à un recours au Tribunal fédéral, de l’initiative 161 de l’ASLOCA obligeant la réalisation de plus de 50 % de logements sociaux en zone de développement

Avec votre aide, nous devons plus que jamais maintenir et renforcer notre présence politique par le biais de députés favorables à nos idées !

Au cours des prochains mois, la Chambre genevoise immobilière accordera une attention particulière aux actions suivantes :

  • Soutenir en votation populaire la loi attaquée par référendum qui propose une méthode d’évaluation raisonnable des valeurs fiscales des appartements et des villas
  • Refuser toute hausse d’impôts
  • Répondre aux besoins en logements des Genevois en proposant de porter la proportion de PPE à construire en zone de développement de 20 % à 35 %
  • Obtenir des subventions afin de couvrir, en partie, les investissements nécessaires (chaudières et isolation des enveloppes) pour répondre aux nouvelles obligations légales
  • Restreindre les collectivités publiques dans leur volonté d’acquisition de terrains et de limitation des droits de propriétaires (contrôles étatiques, préemption, expropriation…)

Il reste donc beaucoup à faire. La propriété n’a jamais été aussi attaquée à Genève.

Elections cantonales 2023

Le 2 avril, nous devons tous nous mobiliser !

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Mobilisons-nous !

Genève ne semble pas échapper aux constats faits dans plusieurs pays limitrophes : l’atomisation du paysage politique avec, en toile de fond, l’exacerbation d’intérêts particuliers qui échouent à rassembler pour favoriser un projet de société fédérateur.
Nicolas Grange
3 minutes de lecture