Rénovation énergétique de sa villa : les travaux envisageables

6 mai 2024
126 vues
4 minutes de lecture

Il faut savoir que, pour les bâtiments qui n’ont jamais été rénovés en vue d’augmenter leur performance énergétique, le potentiel d’économies d’énergie pour le chauffage, l’eau chaude et l’électricité se situe aux alentours de 30%, voire beaucoup plus. Quelles sont, dès lors et concrètement, les améliorations possibles à effectuer dans une villa pour la rendre moins énergivore et plus économique ?

Citons ici les principales pistes d’action : l’amélioration de l’enveloppe thermique (changement des fenêtres, ajout d’isolation pour les murs extérieurs, etc.), le choix d’une nouvelle source de production de chaleur (par exemple, le remplacement d’une chaudière à gaz par un autre système), le renouvellement des appareils électroménagers, l’isolation des sols et des plafonds de cave, ainsi que l’isolation des toits et des sols des combles, la pose d’une ventilation contrôlée ou encore le choix de l’énergie solaire thermique.

Il existe également des solutions plus simples : « L’efficacité énergétique passe aussi par certaines habitudes et quelques bonnes pratiques peu coûteuses comme celle de régler correctement son système de chauffage et de veiller à sa consommation d’électricité », explique Raphaël Elio, directeur et fondateur de l’entreprise Hestera SA, société genevoise active dans le conseil en valorisation durable. Selon lui, les spécificités et les contraintes énergétiques majeures des maisons individuelles peuvent se résumer en quelques points précis.

Quelques priorités

Ainsi, bien que les villas présentent des défis énergétiques tels qu’un facteur de forme défavorable dû à une grande surface de façades exposées – augmentant ainsi les déperditions thermiques – des coûts de matériaux potentiellement plus élevés en raison de l’absence d’économies d’échelle lors de travaux et de la (quasi) impossibilité de se raccorder à un réseau de chaleur à distance, elles offrent également des avantages significatifs. Les toitures des villas sont généralement idéales pour l’installation de panneaux solaires, ce qui permet de produire de l’énergie renouvelable sur place. De plus, les propriétaires de villa bénéficient directement d’une amélioration du confort et d’une réduction des charges grâce aux économies d’énergie réalisées après les travaux de rénovation. Ces avantages compensent largement les défis énergétiques initiaux et rendent les villas attractives pour les propriétaires soucieux de l’efficacité énergétique.

Pour optimiser ces gains, je recommande vivement de se concentrer en priorité sur l’isolation de la toiture et des planchers du rez-de-chaussée. Le remplacement des fenêtres et de la production de chaleur et d’eau chaude sanitaire sont également des travaux essentiels.

Partant de ce constat, quels sont pour Raphaël Elio les travaux les plus efficients sur le plan des gains d’énergie dans une maison individuelle ? « Pour optimiser ces gains, je recommande vivement de se concentrer en priorité sur l’isolation de la toiture et des planchers du rez-de-chaussée. Le remplacement des fenêtres et de la production de chaleur et d’eau chaude sanitaire sont également des travaux essentiels. Ces chantiers apporteront une réelle valeur ajoutée à votre villa, tout en réduisant significativement votre consommation d’énergie. »

Tout compte fait, le budget à prévoir pour la rénovation énergétique d’une villa de 150 m2 à 200 m2 des années 1960 peut varier de 100’000 francs à 300’000 francs, selon l’état initial de la maison et l’objectif final visé en ce qui concerne l’efficacité énergétique. Dans tous les cas, quand on souhaite l’obtention d’un label HPE/THPE (haute ou très haute performance énergétique) pour ce type de biens immobiliers, les sommes à prévoir se comptent en centaines de milliers de francs.

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Une baisse fiscale est légitime

Le 21 mars 2024, par la voix de Nathalie Fontanet, notre ministre des finances, l’État de Genève annonçait des comptes 2023 bouclant avec un excédent de 1 milliard 400 millions.
Christophe Aumeunier
3 minutes de lecture