L’été des barbecues

27 juin 2022
326 vues
7 minutes de lecture

Star incontestée des beaux jours, le barbecue s’installe dans les jardins et sur les terrasses comme sur les balcons. Ambiance de vacances, bonne humeur et recettes gourmandes sont au programme. Mais comment choisir entre les différents types de barbecues ? Petit tour d’horizon.

L’offre s’est largement étoffée ces dernières années avec des modèles toujours plus pointus. Plusieurs critères sont à prendre en compte lors du choix de l’appareil tels que l’endroit où il va être utilisé, sa facilité d’utilisation, son prix, son design et, bien sûr, le goût des aliments.

Le charbon de bois pour les puristes

Le barbecue au charbon de bois est le plus répandu et le préféré des aficionados car il donne aux grillades ce goût fumé si caractéristique. En atteignant des températures plus élevées que celles produites avec des modèles au gaz ou électriques, il permet ainsi d’obtenir des viandes croustillantes à l’extérieur, mais parfaitement juteuses à l’intérieur.

Ce type de barbecue se décline dans des formes rondes ou rectangulaires et dans différentes tailles lui permettant de trouver sa place quel que soit l’espace dont on dispose. Certains modèles sont équipés d’un couvercle, de roues – un élément non négligeable –, et de plans de travail rabattables.

Le barbecue est aussi simple d’entretien. Il suffit d’un chiffon pour nettoyer la grille et de jeter le charbon de bois qui, par ailleurs, s’achète facilement dans n’importe quel magasin ou station essence. Un plus car la convivialité du barbecue étant synonyme de spontanéité, il n’est pas rare de lancer une invitation à 18h un samedi soir !

Le barbecue à charbon convient également aux balcons, notamment dans sa version de table et de rambarde. Les modèles spécialement développés pour le balcon possèdent un système de fixation sûr.

Malgré leur aspect pratique et leur prix tout à fait abordable, les appareils à charbon de bois comportent quelques inconvénients tels que la fumée, la difficulté d’allumage et la nécessité de surveiller la flamme.

De son côté, le barbecue au gaz séduit les personnes pressées et à la recherche de facilité puisqu’il suffit d’appuyer sur un bouton et de poser les aliments sur la grille quelques minutes plus tard. Stable en température, il évite tout risque de brûler la viande, le poisson ou les légumes. Certains modèles offrent des fonctions élaborées comme la plancha ou le tournebroche. Équipé de roulettes, le barbecue devient nomade. Personne n’étant parfait, il compte aussi des inconvénients. Ainsi, les aliments n’ont pas le goût fumé propre au barbecue.

L’entretien et le nettoyage se révèlent aussi plus contraignants et les prix des modèles sont plus élevés que pour un barbecue à charbon de bois.

Très pratique et sûr, le barbecue électrique est, lui, le champion de la simplicité. Aussi à l’aise à l’intérieur qu’à l’extérieur, il s’allume facilement et est peu salissant. Mais le temps de chauffe reste long et la cuisson variable demande du doigté au cuisinier. Quant aux puristes, ils sont inconsolables car les aliments n’ont pas le goût fumé.

Si le brasero est un système de chauffage, il permet aussi de griller la viande et de cuire les aliments dans sa version brasero-barbecue équipée d’une grille de cuisson. Les modèles classiques sont à bois, donnant un goût unique aux aliments, ou au charbon. Seuls inconvénients, il faut composer avec la fumée dégagée par le bois ou la poussière du charbon. Le gaz est une option facile d’utilisation, mais il est plutôt conseillé pour les cuissons lentes. Pour sa part, le brasero-barbecue électrique se révèle très énergivore.

Les Rolls du barbecue

Cette année, la grande tendance est au barbecue à pellets ou à granulés dont les premiers modèles sont apparus aux États-Unis au début des années 2000. Un engouement qui s’explique par la qualité de cuisson et le goût de cuisine au feu de bois donné aux aliments sans qu’ils soient en contact avec les flammes. La polyvalence du barbecue est aussi un atout puisqu’il permet de faire aussi bien des grillades que du fumage. À cela s’ajoute la simplicité d’utilisation. Il suffit de choisir la température et d’allumer. Le barbecue fait le reste ! Les pellets sont réalisés dans différentes essences de bois, notamment le chêne et le hêtre, et il existe même des mélanges réalisés pour offrir de nouvelles expériences culinaires.

Ce surdoué a pourtant de petits inconvénients comme la relative fragilité de ses composantes électroniques, ce qui nécessite de bien le protéger de la pluie, et explique son prix élevé.

Avec sa forme de cocon ou d’œuf, le kamado a tout d’un OVNI. Entièrement en céramique, ce barbecue qui reproduit une technique ancestrale japonaise de cuisson, remporte un vif succès. Son couvercle permet de réaliser tous types de cuisson, de la viande jusqu’aux desserts. Il est équipé d’un thermomètre et de deux ouvertures réglables, sur le couvercle et en bas, ce qui permet de régler avec précision la température de cuisson. Econome à l’utilisation puisqu’il fonctionne au charbon de bois, il est facile d’entretien et très résistant.

Son seul défaut réside dans son prix. Cependant, celui-ci est relativement vite amorti dès lors qu’on utilise le barbecue toute l’année.

De son côté, la plancha avec sa grande plaque de cuisson plate plaît beaucoup aux amateurs de cuisine saine et rapide à préparer. Les aliments ne sont jamais en contact avec les flammes. La cuisson rappelle les grillades de style teppanyaki avec des viandes légèrement croustillantes à l’extérieur et moelleuses à l’intérieur.

Pratique et simple d’entretien, le barbecue plancha permet aussi de préparer plusieurs plats en même temps. Les modèles au gaz sont les plus appréciés car ils peuvent être installés facilement n’importe où, aussi bien dans un jardin que sur une terrasse.

Les planchas électriques conviennent bien aux balcons même si elles mettent un certain temps à chauffer. Un inconvénient pour les plus impatients.

Enfin, le nec plus ultra pour les aficionados gourmets et geek réside dans les barbecues et accessoires connectés avec des fonctions permettant, par exemple, de contrôler les températures de cuisson, de régler les minuteries et d’accéder à une base de données de recettes via un smartphone.

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Il est temps d’abroger la valeur locative !

Selon la documentation éditée par la Conférence suisse des impôts, la substance fiscale genevoise est la plus exploitée du pays, et de loin. Simplement dit, Genève est le canton qui taxe le plus. En matière immobilière, cette substance est, selon moi, tout simplement épuisée.
Christophe Aumeunier
3 minutes de lecture