Ma maison, mes enfants et l’EMS

4 mai 2021
39 vues
3 minutes de lecture

Dans le contexte actuel de vieillissement de la population, le nombre de résidents en établissement médico-social (EMS) tend à augmenter. Quels conseils donner aux propriétaires souhaitant se préparer à cette éventualité ?

Dans la mesure où l’hébergement en EMS coûte généralement plus de CHF 5’000.– par mois, les rentes AVS et LPP cumulées ne sont pas toujours suffisantes pour couvrir ces frais. Ce sont alors les prestations complémentaires du premier pilier qui sont sollicitées. Mais attention, les calculs du droit aux prestations complémentaires tiennent compte d’une éventuelle donation d’un bien immobilier et ce, quelle que soit la date à laquelle la donation a été effectuée. Dans ce cas, c’est le bénéficiaire de la donation qui doit participer aux frais générés par un hébergement en EMS, à concurrence du montant de la donation. Dans les cantons de Vaud et de Genève, un amortissement de CHF 10’000.– par année peut être déduit de la valeur fixée au moment de la donation.

Prenons par exemple Monsieur Ducommun. Il devient veuf en 2008 et fait ensuite don de sa maison à sa fille unique (valeur CHF 900’000.–, prêt hypothécaire résiduel CHF 300’000.–). En 2017, il entre en EMS et utilise sa fortune pour payer les charges supérieures à ses rentes. Aujourd’hui, ayant épuisé sa fortune, il n’arrive plus à payer ses frais d’EMS. Dans ce cas, compte tenu de la donation effectuée par le passé, c’est sa fille qui sera sollicitée pour le financement des coûts d’hébergement en EMS.

Elle sera engagée à concurrence d’un montant égal à la valeur vénale de la villa, diminuée de la dette hypothécaire résiduelle et de l’amortissement de CHF 10’000 par année de propriété, soit :

Valeur fiscale du bien lors de la donation : CHF 900’000
– Prêt hypothécaire : CHF 300’000
– Amortissement (CHF 10’000 x 10 ans) : CHF 100’000
Total de la fortune donnée : CHF 500’000

La fille de Monsieur Ducommun devrait donc assumer et contribuer aux frais d’EMS non couverts jusqu’à concurrence d’un demi-million de francs. Dans ce cas, nous n’avons pas tenu compte de contreparties telles que le droit d’habitation, l’usufruit ou encore un versement de prestations viagères qui sont capitalisées et déduites de la valeur du bien.

Compte tenu de ces éléments, il peut s’avérer plus judicieux de vendre son bien à ses enfants. En effet, la vente du bien par les parents aux descendants procure une situation claire des fortunes mobilières et immobilières respectives. Les parents obtiennent le produit de la vente qui leur permettra d’assumer les frais d’EMS et les enfants ne seront pas redevables puisqu’ils auront acheté l’objet comme n’importe quel autre acquéreur.

En tout état de cause, il est primordial de consulter son notaire pour évaluer les avantages et inconvénients des différentes possibilités avant de prendre une quelconque décision.

Nous contacter

DL MoneyPark
Spécialiste hypothécaire et immobilier
Votre succursale à Genève : 022 730 10 10
www.d-l.ch

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Climat : seuls des objectifs proportionnés seront atteignables

Pascal Pétroz
4 minutes de lecture