Financer des travaux de rénovations lors d’un achat immobilier

13 décembre 2022
123 vues
4 minutes de lecture

Lors de l’achat d’un bien existant, des travaux d’entretien et de rénovation peuvent s’avérer nécessaires. Le financement devra donc porter sur un montant permettant l’achat du bien, un prêt hypothécaire traditionnel, et, éventuellement, sur un complément pour les travaux si ceux-ci ne sont pas financés par les fonds propres.

Certains travaux peuvent faire l’objet d’une autorisation avec mise à l’enquête qui devra être obtenue avant l’octroi du financement. Il est aussi important de connaître l’article 103a LATC (Loi sur l’aménagement du territoire et des constructions) qui précise qu’en cas de travaux de démolition ou de transformation soumis à autorisation et portant sur des immeubles construits avant 1991, un diagnostic de présence d’amiante pour l’ensemble du bâtiment devra être effectué. Ce diagnostic devra être accompagné, si cette substance est détectée et en fonction de sa quantité, de sa localisation et de sa forme, d’un programme d’assainissement qui peut engendrer des coûts relativement importants.

Pour pouvoir donner son accord de prêt global, l’organisme de financement devra, non seulement valoriser le bien existant, mais également les travaux. Cela se fera sur la base d’une description détaillée, du choix des matériaux, de plans d’architecte et de devis précis.

La partie des travaux et des rénovations pourra faire l’objet d’un crédit de construction ou, suivant le montant, être décaissée par tranches successives. Dans ce dernier cas, le propriétaire devra avoir les ressources permettant de gérer les avances à payer aux artisans et/ou des éventuels imprévus. Il est conseillé de prévoir une marge sur le montant sollicité pour éviter toute surprise en cas de dépassement. Il en va de même pour la cédule hypothécaire qui devra être suffisante pour ne pas devoir retourner chez le notaire pour l’augmenter par la suite.

Le choix du partenaire financier est primordial lors de projets de rénovation d’envergure et tous les paramètres doivent être validés et confirmés avant de s’engager avec l’institution financière. A noter que les compagnies d’assurance n’octroient pas de crédit de construction mais peuvent parfois financer des travaux par quelques versements globaux.

Dans la plupart des cantons, les frais d’entretien comme les réparations et les rénovations qui n’entraînent pas directement une augmentation de la valeur de l’immeuble et les investissements destinés à économiser l’énergie et à ménager l’environnement sont déductibles du revenu imposable sur présentation des factures y relatives. Il peut être intéressant de répartir les travaux sur plusieurs périodes d’imposition afin d’optimiser l’avantage fiscal. Les travaux à caractère de plus-values pourront quant à eux être déduits dans le calcul de l’impôt sur le gain immobilier, lors de la vente du bien.

Soulignons que, lors de l’achat d’un bien, une analyse détaillée de l’objet est essentielle, afin d’anticiper et d’analyser, avant l’achat, toute défaillance risquant d’entraîner des problèmes futurs dans votre vie de propriétaire. Chez MoneyPark, nous vous accompagnons non seulement sur les questions de financement, mais proposons aussi un soutien sur toutes les questions à la recherche de votre bien idéal.

MoneyPark, le spécialiste hypothécaire et immobilier

Votre succursale à Genève : 022 730 10 10
www.moneypark.ch

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Que penser de la hausse des taux d’intérêts hypothécaires ?

Jamais personne n’aurait pu imaginer que les taux d’intérêt seraient un jour négatifs et qu’emprunter de l’argent serait une source de revenu pour l’emprunteur.
Nicolas Grange
3 minutes de lecture