Lumières de Noël : un peu de magie aux fenêtres

1 décembre 2023
184 vues
4 minutes de lecture

Les guirlandes à rallonge et les sculptures de rennes lumineux éclairent les nuits de décembre. L’engouement pour les illuminations de Noël n’épargne pas certains Suisses, qui s’amusent à parer leur maison de lumières pour les fêtes.

La fièvre des illuminations de Noël ne semble pas connaître de frontières ! Alors que la date de la fête traditionnelle approche, de nombreux ménages aux quatre coins du globe déroulent des kilomètres de guirlandes. Tant les Australiens, qui passent le mois de décembre à la plage et fêtent Noël par une chaude soirée d’été, que les Canadiens, moufles aux mains, s’amusent à décorer leurs maisons et jardins, une tendance que l’on retrouve aussi chez certaines familles en Suisse.

Les origines des lumières de Noël

Mais d’où vient cette tradition d’éclairer sa maison pour les fêtes ? Vraisemblablement, tout découle de la coutume d’allumer des bougies sur son sapin de Noël, une tradition qui serait originaire d’Allemagne. L’idée, qui aurait séduit les Anglais, aurait traversé l’Atlantique avec eux, et également débarqué en Australie. Au départ, ce sont uniquement les arbres de Noël des foyers qui étaient illuminés, mais, peu à peu, la tradition s’est invitée dans les lieux publics, notamment sur le sapin municipal… avant d’envahir joyeusement la ville ! Les guirlandes ont alors commencé à égayer les façades et à être tendues entre les ruelles.

Une frénésie illuminatrice

Le plaisir d’illuminer sa façade et son jardin emballe en effet certaines familles suisses. Initialement, les décorations lumineuses étaient l’apanage des collectivités publiques. Or, depuis une quinzaine d’années, la pratique s’est démocratisée et fait briller les yeux des particuliers ! Certains s’amusent à confectionner une décoration élaborée, grâce aux accessoires qui sont devenus faciles à trouver dans le commerce ou sur des sites spécialisés. En plus des traditionnelles guirlandes, on trouve des sculptures d’animaux lumineux qui peuvent s’installer dans les jardins, sur les toits ou aux fenêtres. Sapins, étoiles, cerfs ou même traineaux de père Noël, en deux ou trois dimensions, ajoutent une touche de magie aux nuits obscures de décembre. Pour le plus grand plaisir des enfants, et des plus grands !

Des guirlandes moins gourmandes

Le hic de cet engouement, c’est que ces décorations s’avèrent bien gourmandes en énergie, surtout à l’échelle d’un pays ! Heureusement, les LED ont la cote depuis plusieurs années. Les guirlandes à diodes électroluminescentes (LED) sont en effet moins énergivores que les ampoules qui étaient habituellement employées. Les communes investissent dans cette technologie, une transition déjà effectuée par Genève il y a plusieurs années. Il est conseillé aux particuliers de leur emboîter le pas, pour diminuer leur facture et faire un geste écologique !

Pères Noël aux fenêtres ou au balcon, rennes à LED installés dans le jardin, guirlandes qui encadrent la silhouette des maisons d’une aura de lumière ou loupiotes parsemées dans les arbres du jardin : à chacun de choisir sa façon préférée d’illuminer les fêtes de fin d’année !

Illuminations de Noël : que dit la loi ?

La question des décorations de Noël installées par des particuliers et de leurs éventuelles autorisations ne fait pas l’objet, à notre connaissance, d’une réglementation spécifique à Genève. S’agissant des décorations sur les villas individuelles, et dans la mesure où elles sont en principe provisoires et limitées à une courte durée, aucune autorisation spéciale n’est nécessaire dès lors qu’elles restent sur le fonds privé.

En cas d’installation de guirlandes lumineuses ou de pères Noël aux fenêtres ou aux balcons, il sera évidemment impératif de bien les arrimer, ce pour des raisons de sécurité.

« S’agissant des décorations sur les villas individuelles, et dans la mesure où elles sont en principe provisoires et limitées à une courte durée, aucune autorisation spéciale n’est nécessaire dès lors qu’elles restent sur le fonds privé. »

A noter que dans un immeuble en PPE, il se pourrait que des règles particulières interdisant ce genre de décorations soient prévues par un règlement de maison ou d’administration. Le règlement d’administration et d’utilisation type (édition 2015) prévoit que les copropriétaires ne doivent laisser apparaitre aux fenêtres, balcons et parties extérieures des locaux aucune inscription de quelque nature que ce soit, ni modifier l’aspect extérieur des locaux, ni encore installer tout objet sur les balcons et loggias susceptible de dépasser la hauteur du garde-corps, notamment des antennes paraboliques. Une interprétation très stricte de ce règlement pourrait conduire à interdire tous les objets décoratifs qui pendraient des fenêtres ou des balcons. Si ces objets ne sont présents que quelques semaines, soit de manière provisoire, il conviendrait à notre sens d’interpréter le règlement de façon souple afin de les tolérer. Pour les guirlandes à l’intérieur des balcons, le copropriétaire devrait pouvoir les installer à sa guise puisqu’elles ne touchent pas les parties communes.

Pour les locataires, il est stipulé dans les conditions générales et règles et usages locatifs qu’il est interdit de nuire au bon aspect de l’immeuble en exposant aux fenêtres et aux balcons du linge, de la literie, des meubles ou tout autre objet. Ainsi, en théorie, toute décoration qui pendrait des balcons et des fenêtres ou serait exposée de manière à nuire au bon aspect de l’immeuble pourrait être proscrite. Là encore, une interprétation souple et une certaine tolérance devraient conduire à accepter ces décorations provisoires, dès lors qu’elles sont correctement attachées.

Enfin, sous l’angle du droit de la construction, la loi sur les constructions et installations diverses prévoit des règles particulières pour les objets soumis à la vue du public dans certains périmètres protégés (Vieille-Ville, Vieux-Carouge et villages protégés), afin de maintenir une harmonie avec le caractère du quartier. Ces dispositions s’appliquent à notre sens aux objets et aux décorations installés de manière pérenne. Les décorations de Noël installées par des particuliers sur des immeubles étant par définition passagères, elles ne sont pas visées par ces règles.

De manière générale et quelle que soit la situation, il apparait qu’une tolérance est de mise et qu’elle est la bienvenue en cette période de fêtes.

Laure Meyer

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Élections fédérales 2023 : six sur sept !

Votre mobilisation sans faille permet à six des sept candidats soutenus par la CGI d’être élus ! C’est tout à fait remarquable.
Christophe Aumeunier
2 minutes de lecture