Ce printemps, les fleurs seront aériennes et les extérieurs cosy

9 avril 2020
128 vues
7 minutes de lecture

Les bourgeons sortent, la nature reverdit : il est temps de réinvestir la terrasse et le balcon ! Ces extérieurs sont devenus un véritable prolongement du salon. Tapis, meubles en bois de récup’ et plantes suspendues seront parfaits pour créer une ambiance cosy et savourer le printemps.

Dans un environnement toujours plus urbain, le jardin ou le balcon permettent de combler un manque de nature tout en nous offrant la possibilité d’y créer notre propre univers, remarque le site futura-sciences.com. Ainsi réinvestis, jardins ou balcons deviennent de véritables pièces à vivre.

 

On y installera du mobilier, des luminaires et des objets de décoration dans la continuité esthétique du salon, précise pour sa part gardena.com.

Le miroir et le tapis y trouveront donc leur place. Un miroir d’extérieur ne fait pas que doubler la vue, mais agrandit également l’espace à l’extérieur. Quant au tapis, il ajoute une indéniable touche cosy et graphique, selon les motifs qui l’orneront. Suivant ses goûts, on le choisira robuste en fibres synthétiques, ou authentique en fibres naturelles.

Herbes aromatiques et fleurs suspendues

Le printemps arrive sous la bannière du durable. Cette tendance imprègne toute la conception de l’espace extérieur, du mobilier aux plantes jusqu’aux accessoires. Et pour commencer, rien de tel qu’un coin jardin : on fera pousser ses salades dans des corbeilles en raphia ou ses tomates, fraises et autres herbes aromatiques dans des plates-bandes surélevées.

Les fleurs se feront aériennes grâce à des suspensions en macramé. Ceux qui disposent de plus d’espace pourront laisser des plantes grimpantes s’élever le long de pergolas ou de tonnelles, en vogue ce printemps. Ces structures permettent habilement de séparer le jardin en plusieurs parties. On peut les associer également avec des haies, plus ou moins hautes.

Marre des murs gris ? Rien de tel pour mettre de la vie et de la couleur qu’un mur végétal, recommande futura-sciences. Cette technique conviendra également à ceux qui n’ont pas de place. Des spécialistes pourront se charger d’habiller de mille couleurs et senteurs les murs vides ; les plus bricoleurs fixeront eux-mêmes des palettes en bois et les utiliseront comme support vertical.

Créer un espace aquatique est une tendance qui va se renforcer cette année, que ce soit sous forme d’une fontaine en circuit fermé ou d’un étang. Rien de tel qu’un coin d’eau pour apporter fraicheur, sérénité et biodiversité.

Bois de récup’ et couleurs pastel

Pour le mobilier, on privilégiera les matières naturelles : le bois, l’osier, le verre, le lin et autres fibres naturelles. Que ce soit comme meuble ou comme objet décoratif, les matériaux tressés sont un must ce printemps. Les tables et chaises vintage ou en bois de récup’ ainsi que les palettes assemblées et repeintes restent dans l’air du temps. De quoi se faire un cocon extérieur original et écolo. Des formes rondes et des nuances naturelles claires ainsi que le bleu, le turquoise et le vert marin transformeront le balcon ou le jardin en une oasis à la mode.

La mosaïque fait son retour, ajoutant au mobilier extérieur ses touches de couleur. De la vaisselle en céramique viendra compléter l’ensemble pour donner un air méditerranéen.

Pour les inconditionnels du durable et de l’artisanat, des éléments déco et des luminaires en verre pour le jardin et la terrasse seront indispensables. De nombreux jeunes designers, comme Concept Verre, réinvestissent ce matériau et créent des univers originaux sur mesure.

Univers épuré avec la résine tressée

Pour ceux qui préfèrent les univers épurés, les meubles d’extérieur en résine tressée associée à des accessoires blancs devraient leur convenir à merveille. Les consoles et les tables d’appoint confèrent une ambiance agréable au deuxième salon, assure westwing. Sur Genève, plusieurs entreprises, dont Eugène Baud, prévoient toute une gamme de mobiliers, luminaires et décorations d’extérieur autour de cette tendance. Cela va des lampes LED à suspendre ou poser sur la table, des parasols de tous formats et coloris en passant par les poufs, coussins et tables.

La pièce tendance du moment à intégrer dans la déco d’extérieur ? Le fauteuil Acapulco.

Cette chaise mexicaine toute en rondeur et tressage, initialement prévue pour l’extérieur, a d’abord été introduite dans les salons et salles à manger occidentaux. À présent, elle retrouve la douce brise d’été, invitant au farniente.

Le style rétro se fait lui aussi une jolie place au soleil, ajoute designmag. Les chaises en plastique blanc et bancs en bois qui remplissaient les jardins et les terrasses laissent la place cette année aux fauteuils suspendus, aux coins salon accueillants et aux longues tables à manger. En particulier, la couleur gris domine les décors tendance.

Le style des années 60 se nourrit de tons pastel et d’imprimés Italo vibrants, à marier avec des accessoires de jardin en blanc. Quant à ceux qui préfèrent les ambiances plus exotiques, ils se réjouiront des accessoires et vaisselles aux motifs graphiques bicolores, à rayure ou à pois. Une décoration à combiner avec des plantes luxuriantes et des fleurs colorées, suspendues ou en bosquet.

Du blanc version zen ou romantique

Autre tendance outdoor pour ce printemps : le style japonais zen, selon westwing. Kare-san-sui est le nom japonais de cette forme de jardin qui se traduit par paysage sec. Les rochers et les pierres jouent un rôle essentiel dans la décoration du jardin japonais. Ils symbolisent des montagnes et sont généralement placés au centre, entourés de sable ou de gravier. Des motifs ondulants y sont dessinés à l’aide de râteaux. Ces courbes représentent l’eau et le changement. Elles sont dessinées de manière à donner une impression de mouvement.

Quant aux romantiques, ils se réjouiront du retour du marbre ou de l’effet marbre dans les tendances printanières 2020. Du mobilier en bois ou en fer forgé blanc, de la vaisselle et autres accessoires chinés dans les vides-greniers se marieront parfaitement avec cette précieuse roche.

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Mixité et qualité !

Tout le monde connait le syndrome du « not in my back yard », soit que l’on veut bien construire ou accueillir des nouveaux habitants, mais pas à côté de chez soi. Ceci a encore pu être constaté durant la campagne des élections municipales, où la plupart des élus communaux – sauf ceux qui prônent la décroissance – veulent bien assumer l’arrivée des nouveaux logements (planifiés par le Canton), mais ceux-ci doivent alors être de qualité, en privilégiant la mixité.
Anne Hiltpold
3 minutes de lecture