Peinture et décoration : un royaume polychrome pointu

18 juin 2020
346 vues
6 minutes de lecture

Pour modifier les perceptions des volumes de son intérieur et gagner en personnalité, cap sur la peinture. Outre ses effets trompe-l’œil sur les murs, la couleur va insuffler style et optimisme.

Depuis le confinement, chacun rêve d’apporter un nouveau souffle esthétique et joyeux à son habitation. Que l’on souhaite personnaliser un bien fraîchement acquis ou un appartement qui fait grise mine, la couleur est l’une des clés d’une décoration réussie. À la place des sempiternels murs blancs façon hôpital, on mise sur un vivifiant jaune moutarde dans sa cuisine ou un stimulant orange terracotta dans son bureau. Les inspirations ? La designer India Mahdavi – la Queen of Color – qui a fait des pigmentations sa signature avec le restaurant Sketch tout rose poudré à Londres, ou le salon de thé Ladurée en total look vert pistache à Genève.

Quant au décorateur parisien Jacques Garcia (il a notamment réalisé l’hôtel la Réserve), qui tapisse les hôtels de rouge impérial ou de noir charbon théâtral, pour lui, un seul mot d’ordre : « Ne craignez pas le mauvais goût, Il peut devenir le bon goût de demain ! »

Thérapie Pantone

En coloris, tout est permis. Reste que les codes confortent certains choix intrépides. Référence mondiale en termes de colorimétrie, l’institut Pantone et son panel de chasseurs coloristes donnent chaque année le « la » en termes de mode, de design industriel ou d’architecture d’intérieur. Le classic blue, un bleu crépuscule profond mais apaisant a ainsi été élu couleur 2020. Son élégance puissante inspire la sérénité et permet de ralentir la tension nerveuse. Une couleur toute désignée pour un séjour ou une chambre à coucher. Un arc-en-ciel de it-colors aux différentes vertus s’affiche dans les appartements chics, puis sur les feeds instagram.

© Farrow & Ball – Duck Green No.W55 Estate Emulsion

Le vert forêt ou le néo-mint plutôt turquoise, qui symbolisent le green power et l’harmonie revitalisante. L’orange corail qui stimule la créativité. Le jaune moutarde vivifiant, qui apporte enthousiasme et créativité. Le tendre rose poudré qui poétise les chambres en encourageant le sommeil. Raffiné, le gris glacé aux mille nuances a le pouvoir d’apaiser. Et enfin le noir charbon avec ses faux airs dramatiques, suscite le mystère luxueux et osé. Dans ce nuancier tendance, le cultissime bleu canard fait aussi des émules. Imaginé par la décoratrice Sarah Lavoine, elle invite à oser la couleur dans son livre Couleurs Sarah (éditions du Chêne) :

« Le quotidien peut se voir transformé par la magie des couleurs comme une thérapie. » Sarah Lavoine

Color zoning

Si les couleurs insufflent des émotions, les possibilités qu’elles offrent pour transformer les espaces sont infinies. Elles ont le pouvoir d’égayer, d’illuminer, d’assombrir, de scénographier, de structurer des volumes ou d’accentuer des perspectives. Bien exploitées, elles produisent même des effets d’optique.

À l’instar du color zoning, une des techniques de peinture très en vogue en ce moment qui consiste à créer une zone visuellement démarquée pour définir une fonction. Par exemple, en peignant le mur de la tête de lit avec une couleur différenciée.

Cette zone contrastée joue ainsi les têtes de lit stylisées. Le color zoning peut s’appliquer en ton sur ton, ou avec des couleurs complémentaires pour mettre en valeur un usage : le mur du coin repas d’une cuisine, un espace bureau dans une chambre, une zone lecture dans un séjour, ou encore une chambre partagée par deux enfants.

Lignes de fuite et profondeurs

S’il y a une quête que tous les architectes d’intérieurs poursuivent c’est celle du gain d’espace. « Pour donner l’illusion d’un espace plus vaste, il suffit de peindre le plus grand mur dans une teinte clair et appliquer une tonalité sombre sur les autres cloisons d’une pièce, explique Martin La Roche, décorateur genevois d’origine parisienne. Résultat ? La perspective de la pièce se verra métamorphosée vers plus de profondeur. »

Une autre facétie géométrique consiste à peindre deux bandes horizontales de couleur vive sur deux murs qui se font face.

Une ligne de fuite apparaîtra ainsi et transformera la vision de l’espace. Enfin, pour agrandir visuellement une petite pièce, tout l’art consiste à peindre les murs à mi-hauteur en privilégiant une couleur claire pour la partie basse, et une couleur plus foncée pour la partie haute.

Trompe-l’œil en relief

Pour donner du style à un appartement et l’agrandir, les professionnels proposent souvent d’instiller des touches de peinture soutenues sur les boiseries, les moulures, les plinthes, l’encadrement et les portes, les niches, ou les fonds de bibliothèques.

Ces accents mis sur ces volumes structureront et rythmeront l’espace. « Face à un couloir trop étroit ou une pièce toute en longueur, l’illusion naîtra sur un mur plus foncé, tout au fond de la perspective de la pièce, conseille Martin La Roche. En conservant les cloisons de chaque côté en clair, on cassera la profondeur et cela élargira visuellement la pièce. » Que faire enfin face au pire, un intérieur bas de plafond ? La parade consiste à déborder de 15 centimètres la couleur claire du plafond sur le haut des murs foncés pour repousser visuellement le plafond.

Le décorateur Martin La Roche s’enthousiasme : « La seule règle c’est d’oser ! Les gens ont peur de la faute de goût ou de l’effet rapetissant de la couleur. Mon credo est : ce que l’on craint de perdre en espace, on le gagne en personnalité ! »

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Propriétaires genevois solidaires et responsables

Christophe Aumeunier
4 minutes de lecture