L’initiative 99% largement refusée, même à Genève

13 octobre 2021
48 vues
3 minutes de lecture

Les résultats du dernier week-end de septembre n’ont pas manqué de surprendre tous les observateurs, car autant l’initiative 99% était annoncée perdante au niveau des cantons, autant au niveau du peuple et notamment dans les grandes villes, le vote n’était pas joué d’avance.

À bien lire les résultats, la grande surprise fut le refus genevois massif, avec plus de 58% de NON, alors que, parallèlement, de grandes villes romandes telles que Lausanne ou Fribourg, plutôt réputées plus à droite que Genève, l’ont acceptée. Cela voudrait-il dire que les Genevois – malgré un taux de propriétaires qui reste l’un des plus faibles de Suisse – auraient modéré leurs convictions sur la taxation des plus riches ?

Il est vrai que cette initiative mal libellée et mensongère n’a pas aidé les initiants, mais le peuple genevois ne s’y est pas trompé, car cela aurait été non seulement les plus riches qui auraient été taxés, mais aussi une grosse partie de la classe moyenne, les gains en capitaux relevant de la transmission d’une entreprise ou de la vente de son logement familial étant également visés par cette initiative…

Un OUI aurait remis en cause une grande partie du système d’épargne suisse : la vente de son entreprise ou de son logement représente pour une grosse partie de la population le seul moyen d’améliorer substantiellement ses conditions de retraités.

De plus, il ne s’agit pas d’argent facilement gagné, mais bien de celui résultant d’une vie de travail, déjà lourdement taxé pendant la vie active.

De plus, le peuple ne s’est pas trompé en anticipant qu’une trop lourde taxation des plus aisés aurait forcément eu un impact majeur sur l’économie en général et la bonne santé financière des PME en particulier, car le plein emploi ne pourra être garanti que si le tissu économique suisse reste fort et innovant.

J’y vois ici une belle satisfaction pour la CGI qui œuvre depuis des décennies afin de favoriser l’accession et la défense de la propriété foncière et ce résultat genevois est sans doute une preuve tangible que notre message est entendu. Cela ne fait que renforcer notre détermination à continuer dans la direction dans laquelle nous nous sommes engagés.

Bel automne à tous !

NICOLAS GRANGE
Président

«

Vous aimerez aussi :

Bâtiments historiques

Le Grand Théâtre retrouve son lustre d’antan

Près d’un siècle et demi après que le premier coup de pioche ait été donné à la place de Neuve en vue d’y ériger le plus ancien lieu de vie culturelle genevoise, celui-ci s’y dresse aujourd’hui encore plus beau qu’avant. Ses extensions lui permettent de se hisser désormais au niveau des plus grands théâtres lyriques européens.
Pierre-Henri Badel
16 minutes de lecture