La brocante, dépôt de marchandises et source d’inspiration

5 avril 2022
294 vues
8 minutes de lecture

Associées autrefois à l’image de boutiques d’occasion sentant le renfermé, les brocantes connaissent aujourd’hui un engouement croissant en donnant une seconde vie aux objets qui ne sont plus utilisés.

Il règne une grande activité au dépôt situé directement à l’accueil de l’Armée du Salut brocki.ch à Wetzikon : les employés ont l’habitude de trier avec adresse les vêtements, la vaisselle, les articles de décoration et tous les autres objets déposés. Ce qui, au premier abord, ressemble à un fatras bigarré est en réalité un système sophistiqué, du dépôt à la vente.

Dès qu’ils sont munis de leur étiquette de prix, les trésors de seconde main traversent les longues allées de la brocante dans un petit chariot jusqu’à leur lieu d’exposition. On entend des bruits de cliquetis et de claquement dans la plus grande brocante de Suisse. Des clients rient, des enfants partent à la recherche du chat qui vient de se cacher derrière une étagère. Certains anticipent déjà la joie que leur procurera l’objet à qui ils vont donner une seconde vie.

La seconde main, un style de vie

« La seconde main correspond à un style de vie qui connaît un engouement croissant en Suisse »,

indique Deborah Piergentili, directrice suppléante de l’Armée du Salut brocki.ch, à Wetzikon. Et d’ajouter que, depuis quelques années, la brocante attire des clients jeunes au fort pouvoir d’achat, ce qui est nouveau. Les brocantes ont eu durant longtemps une image plutôt « poussiéreuse ». Leurs clients attitrés étaient principalement des personnes au budget réduit tandis qu’aujourd’hui, la clientèle est aussi variée que l’offre. Le bénéficiaire de l’aide sociale y trouve autant son compte que le brocanteur ou la jeune fille branchée de 20 ans à la recherche de meubles rétro et de trouvailles rares. « Il nous est déjà arrivé de vendre des objets destinés à des événements ou à des tournages de films »,se souvient Deborah Piergentili.

Faire le tri et une bonne action

Il existe près de 600 brocantes en Suisse. Pour trouver celle qui est la plus proche de chez soi, il suffit de consulter l’annuaire brockisearch.ch. Fidèles à leurs origines, de nombreuses brocantes suisses sont gérées par des associations caritatives. Ainsi, l’Armée du Salut en exploite 20 réparties dans tout le pays et elle investit toutes les recettes provenant de la vente dans des projets sociaux. À Genève, le site www.ge-reutilise.ch recense tous les magasins de seconde main (associations et privés).

Brocki-postkarten
© Isabelle Wachter

« Les projets sociaux de l’Armée du Salut vont des services d’assistance sociale aux organisations d’enfants et de jeunes, en passant par les hébergements d’urgence pour les sans-abri », explique Deborah Piergentili. Des organisations plus petites gèrent elles aussi des brocantes, à l’instar de Noveos, installée dans l’Oberland zurichois. Cette entreprise sociale exploite la brocante « Pfannenstil » et ses filiales Meilen et Volketswil. Les personnes souffrant d’un handicap psychique y bénéficient d’emplois protégés qui leur permettent de se réintégrer dans le monde du travail. Si l’on souhaite faire le tri chez soi tout en faisant une bonne action, on peut déposer dans une brocante les objets dont on veut se débarrasser. Outre les brocantes à but caritatif, il existe de nombreuses boutiques dotées d’un modèle commercial qui, pour certaines, sont prêtes à mettre la main au portefeuille pour des objets rares.

Objectif : vendre les objets déposés

Lorsqu’on leur demande quels objets ont plus ou moins la faveur des brocantes, Barbara Schläpfer et Flavia Strufaldi, de la brocante Volketswil de Noveos, sourient. On devine que cette question leur est souvent posée. Leur réponse : « Nous acceptons tout ce qui est en bon état. Il est important que l’objet soit vendable et ne posent pas de problèmes sur le plan hygiénique ». Par souci de simplicité, la brocante Pfannenstil a établi une liste des objets qu’elle n’accepte pas.

Néanmoins, puisque chaque règle a son exception, la brocante Pfannenstil renseigne sur la situation actuelle concernant le dépôt (voir encadré). Elle vend certes des livres, des CD et des DVD, mais ceux-ci proviennent principalement de logements qui ont été vidés.

La plupart des brocantes se font payer pour vider des logements. Elles emportent gratuitement les marchandises à vendre, le reste étant éliminé dans les règles de l’art. Les raretés comme les plaques émaillées, les anciennes cartes postales et certains meubles sont particulièrement demandées.

Deborah Piergentili, de l’Armée du Salut Brocki à Wetzikon, confirme : « Les meubles des années 1950, 1960 et 1970 ainsi que le design danois sont à la mode et se vendent très bien. En revanche, nous ne vendons quasiment plus de meubles Ikea d’occasion et sommes donc contents si l’on ne nous en apporte pas ». Les meubles anciens ne sont cependant pas les seuls à avoir le vent en poupe.

La vaisselle, la porcelaine, les lampes ornées et les articles de décoration sont eux aussi très recherchés. Les familles jettent souvent leur dévolu sur le rayon des jouets, tandis que les personnes disposant d’un petit budget et les jeunes citadins plébiscitent les vêtements de seconde main.

Un style rétro pour le salon

Il arrive que la brocante Pfannenstil remette un bon d’achat aux personnes faisant don d’objets de valeur faciles à vendre. Celles-ci n’ont plus qu’à se mettre à farfouiller pour elles-mêmes.

noveo
© Noveo

Il faut cependant connaître quelques règles lorsque l’on cherche à se meubler avec des objets achetés dans une brocante. « Il faut faire attention aux couleurs, aux formes et aux proportions des meubles et des accessoires intérieurs. Il est recommandé par exemple de prendre une table de salon aux formes légères pour accompagner un lourd canapé des années 1950 », explique Tamara Volken. Polydesigner titulaire d’un diplôme fédéral, elle étudie actuellement le design management, section internationale, à la Haute école de Lucerne. Elle qui fréquente assidûment les brocantes a déjà meublé et décoré plusieurs appartements avec des objets en provenant.

« Souvent, c’est le savant dosage d’objets de la brocante et de meubles modernes minimalistes qui fait la différence. Les meubles anciens ont du caractère, ils permettent de donner une touche personnelle à un logement », explique Tamara Volken en précisant qu’il est important de prendre son temps lorsque l’on va dans une brocante. En effet, on ne trouve pas toujours tout de suite ce que l’on cherche et si l’on voit un objet qui nous plaît, il est bien de l’enlever de l’étagère pour le considérer à part. « Je recommande aux personnes, avant de se rendre dans une brocante, de faire des photos de la pièce qu’elles veulent meubler. Elles pourront mieux juger de l’adéquation ou non d’un objet trouvé dans une brocante », nous dit Tamara Volken. Les brocantes, en plus d’être un lieu de dépôt, sont aussi des sources d’inspiration. Que l’on soit client, donateur ou les deux à la fois, cela vaut la peine de s’y déplacer.

Même après de longues années d’expérience, Barbara Schläpfer, de Noveos, apprécie toujours chaque conseil prodigué et échangé : « Les meubles de la brocante deviennent des joyaux dans votre salon. N’est-ce pas merveilleux ? »

Ce que certaines brocantes n’acceptent pas

Chaque brocante a ses propres directives pour le dépôt de marchandises. La brocante Pfannenstil, par exemple, accepte tout, à l’exception des articles énumérés ci-dessous. Mais, sachant que toute règle a son exception, cette liste sert juste de repère. Pour de plus amples informations, il est recommandé de s’adresser à la brocante la plus proche.

■Manuels scolaires, lexiques, ouvrages en langue étrangère, ouvrages informatiques

■Appareils électriques et appareils ménagers, téléviseurs, ordinateurs et accessoires

■Machines à repasser, à tricoter et à coudre

■Produits dangereux (par ex. substances toxiques, peintures, vernis)

■CD, DVD, jeux informatiques

■Lits, matelas, étagères à CD, meubles de bureau, parois de salon

■Produits d’hygiène corporelle périmés ou ouverts

■Sièges auto pour enfants, landaus, berceaux, lits de bébé

■Tissus non lavés et abimés

■Valises défectueuses ou très abimées

■Articles de papeterie entamés

■Machines à écrire volumineuses

■Appareils et accessoires de sport

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Le Monde de demain

Comme le disait le nouveau chancelier allemand, Olaf Scholz lors d’une session du Bundestag, le monde de demain ne sera plus jamais comme avant, suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, remettant en question tout l’équilibre géo-politique de l’Europe. Qui aurait pu imaginer, il y a de cela quelques semaines encore, que la guerre s’inviterait aux portes de l’Europe ?
Nicolas Grange
3 minutes de lecture