L’arrosage automatique préserve le jardin tout au long de la saison

27 juin 2018
378 vues
5 minutes de lecture

Les beaux jours sont arrivés et la nature a repris ses droits. Les plantes dévoilent leurs effervescences et l’on peut admirer les efforts déployés durant le printemps dans son jardin, sa terrasse ou son balcon. Encore faut-il prendre les mesures qui s’imposent pour profiter durant les semaines estivales de tout l’engagement personnel que cela implique.

L’arrosage des plantes d’un espace de vie implique d’y apporter un soin particulier tout au long de l’année. En été, cette tâche devient particulièrement astreignante en raison de la chaleur et en cas de faible pluviométrie, toutes deux néfastes à la survie des plantations. Il est donc impératif de moduler la quantité de l’eau d’arrosage que l’on déverse sur les végétaux qui parsèment les plates-bandes. La manière d’en prendre soin est différente selon qu’il s’agit de plantations en pleine terre ou en jardinière.

Des systèmes adaptés aux petites et aux grandes surfaces

Dans l’espace restreint d’un pot, les racines sont alimentées par un volume de substrat limité. Les plantes se dessèchent plus rapidement que quand leur équilibre hygrométrique est rétabli par l’apport d’eau extérieure. Cela ralentit l’assèchement du substrat et leur permet de supporter plus facilement des conditions météorologiques défavorables. Il est possible de réduire ses frais de consommation d’eau en récupérant celle qui s’écoule du toit de sa maison et en utilisant une pompe immergée au fond d’un récipient pour la réinsuffler dans le réseau d’arrosage de son jardin.

Qu’il s’agisse d’assurer l’entretien d’un massif de fleurs, d’un jardin potager ou d’agrément, un réseau d’irrigation goutte à goutte équipé d’un tuyau percé constitue la meilleure solution pour en assurer la pérennité. Par contre, quand on dispose d’une vaste surface herbeuse ou engazonnée, il est préférable d’opter pour un réseau d’irrigation enterré terminé par des buses rétractables. On peut ainsi entretenir sa pelouse avec une tondeuse autotractée ou autonome sans rencontrer d’obstacle sur son passage.

Comment programmer son arrosage ?

Si l’on veut assurer un arrosage suffisant sans toutefois exagérer, il faut intervenir avec doigté et expérience. D’autant plus que, suivant les régions et le niveau des réserves en eau de leurs sources, certaines communes imposent des restrictions dans l’arrosage des jardins.

Les systèmes d’irrigation programmés existent déjà depuis de nombreuses années sous une forme assez simple, à savoir en délivrant un certain volume d’eau quotidien, que l’on fixe manuellement pour une période donnée.

Un programmateur permet de déterminer les heures, la quantité et la durée de l’ouverture des vannes de manière automatique. Un tel système suffit pour la plupart des situations, car il est simple et ne demande pas trop de connaissances techniques pour adapter le régime d’irrigation des plantes de son jardin. On peut aisément confier cette tâche à un voisin, à une connaissance ou, le cas échéant, à un jardinier. On peut ainsi assurer la survie de toutes ses plantes, voire de son gazon, même en cas d’absences prolongées.

Piloter l’arrosage à distance tient compte des besoins réels

Les systèmes d’arrosage programmés traditionnels ne tiennent malheureusement pas compte de l’évolution des conditions météorologiques et ont pour mission de délivrer toujours les mêmes débits et quantités. Ils suffisent pour assurer l’arrosage des jardins durant une période assez courte, car on peut fixer uniquement des valeurs moyennes en fonction de la météo que l’on nous prédit.

Cette restriction est assez gênante quand les variations de température et des pluies sont importantes et très fluctuantes. C’est pour cette raison que des fabricants de systèmes d’arrosage ont inventé des systèmes qui permettent de faire varier les paramètres de l’arrosage à distance.

Une application que l’on télécharge sur son smartphone permet de varier les valeurs d’arrosage à tout moment, après avoir pris connaissance sur son téléphone de la température et de l’hygrométrie qui prévaut dans son lieu de résidence habituel. De telles applications fonctionnent sur les téléphones tournant sous Android (Google) ou sous iOS (iPhone d’Apple).

Des ordres donnés depuis n’importe quel endroit

Un tel système d’arrosage automatique intègre un capteur qui mesure l’humidité du sol, la luminosité et la température qui prévaut dans son jardin. Ces informations sont alors transmises sur le smartphone au détenteur du système, lequel peut alors modifier le régime de fonctionnement du système d’arrosage de ses plantes.

Un système d’arrosage piloté à distance constitue indirectement une protection contre les effractions, car un jardin bien entretenu et dont les plantes se portent bien est plus dissuasif pour les cambrioleurs, tout comme l’abandon d’une brouette ou des outils de jardinage devant la maison, dans un endroit visible depuis la rue ; cela laisse sous-entendre que la maison est occupée et que son propriétaire n’est pas loin du jardin.

Quelques conseils à suivre pour l'arrosage automatique

Quelques conseils à suivre pour l’arrosage automatique

  1. Utiliser un tuyau normal depuis le programmateur jusqu’au début de la plantation.
  2. Prévoir un réseau d’arrosage qui agit par goutte-à-goutte au pied des plantes et non par-dessus celles-ci (risque de brûlure des feuilles par le soleil) ; c’est surtout important pour un jardin potager, tout particulièrement pour les plants de tomate.
  3. Placer les tuyaux sans risquer de les endommager quand on travaille la terre avec un outil tranchant au pied des végétaux.
  4. Chaque rang d’un jardin potager doit être consacré à une seule culture afin de réguler l’arrivée d’eau de manière homogène pour l’ensemble de la ligne.
  5. Il est préférable de ne pas arroser les plantes trop souvent, cela les oblige à développer leurs racines en profondeur et à mieux résister aux périodes de sécheresse.
  6. En raison de leur système radiculaire moins développé, les jeunes plantes ont besoin proportionnellement d’une plus grande quantité d’eau que les anciennes.
  7. En période de fortes chaleurs, on privilégiera l’arrosage en début de soirée pour réduire les déperditions d’eau par évaporation.
  8. Si les nuits sont fraîches et, en automne, quand un risque de gel est à craindre, il est préférable d’arroser le matin.
  9. Pour réduire la consommation d’eau d’arrosage, on peut installer un tonneau de récupération d’eau de pluie alimenté par la gouttière du toit de la maison.
« »

Vous aimerez aussi :

Juridique

Jurisprudences récentes - juin 2018

Revirement de jurisprudence de la cour de justice sur la motivation de l'avis de fixation du loyer initial
Géraldine Schmidt
5 minutes de lecture