Les labels de construction en Suisse

31 octobre 2018
94 vues
5 minutes de lecture

Mesurer et comparer est une constante dans l’histoire de l’humanité, que ce soit dans le domaine du sport, de l’économie ou même du bâtiment. Dans cette optique, les labels et instruments d’évaluation jouent un rôle primordial. Voici les trois principaux acteurs du marché pour les petits et moyens objets.

Minergie

Minergie incarne le succès suisse dans le domaine des labels. Depuis sa création il y a vingt ans, plus de 44’000 bâtiments ont été certifiés selon l’un des trois standards Minergie. Minergie a amplement contribué à l’évolution rapide des exigences légales en matière d’efficacité énergétique. Avec ce label facultatif, de nouvelles valeurs cibles ont été fixées puis retenues par la législation. En termes d’isolation de l’enveloppe des bâtiments, un niveau de qualité optimal a été atteint avec le Modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MoPEC 2014). En témoignent les prescriptions et le label de base Minergie qui posent les mêmes exigences en matière de besoin en chauffage pour les nouvelles constructions. En revanche, avec le label Minergie-P, ces exigences sont au minimum 30% plus strictes que les exigences légales.

D’autres directives portent sur les besoins en énergie pour le chauffage, l’eau chaude et l’éclairage. Une partie de l’électricité autoproduite réinjectée dans le réseau peut être déduite de l’énergie fournie à l’immeuble. Depuis 2017, une nouvelle restriction a été fixée: désormais, seules les sources d’énergie renouvelables peuvent encore être utilisées.

Chacune des trois certifications (Minergie, Minergie-P et Minergie-A) a une orientation différente. Le standard Minergie sert de base et doit représenter une large gamme de bâtiments. Sur le modèle de la maison passive, le label Minergie-P vise à réduire au maximum le besoin en énergie de chauffage, et ce grâce à une isolation de l’enveloppe du bâtiment supérieure à la moyenne. Souvent, des gains d’énergie solaire passive suffisent ensuite pour chauffer le bâtiment pendant une bonne partie de l’année. Le label Minergie-A mise quant à lui sur un approvisionnement largement autonome au moyen d’énergies renouvelables.

Par ailleurs, Minergie-ECO offre un complément à ces trois standards en incluant des aspects liés à la santé, tels qu’une luminosité et une isolation acoustique convenables, ainsi qu’à la construction écologique. Ces caractéristiques dépendent de la structure du bâtiment ou du choix des produits de construction.

Derniers arrivés dans la famille Minergie, les compléments SQM Construction et SQM Exploitation veillent à fournir un outil aux maîtres d’ouvrage pour contrôler la réalisation de la construction et procéder à une validation des consommations effectives au sein de l’exploitation.

Standard Construction durable

Même avec le complément ECO, Minergie n’était pas à même de couvrir toute la gamme d’un immeuble durable, et a donc comblé cette lacune il y a deux ans avec le standard Construction durable suisse (SNBS). Les trois aspects contenus dans ce standard (société, économie et environnement) y sont représentés à parts égales et divisés chacun en quatre thèmes. Sur le plan social, le contexte et l’architecture, la planification et les groupes cibles, l’utilisation et l’aménagement des espaces ainsi que le bien-être et la santé sont pris en compte. L’économie durable englobe les thèmes des coûts, de la négociabilité, du potentiel de rendement ainsi que de l’économie régionale, à savoir la contribution à la création de valeur ajoutée dans la région en question. Enfin, les aspects environnementaux s’expriment à travers les thématiques suivantes: énergie, climat, protection des ressources et de l’environnement ainsi que nature et paysage. Le relevé d’un bâtiment est ainsi effectué en tenant compte de tous les aspects.

Les douze thèmes liés au développement durable sont à leur tour traduits en 45 indices concrets. Ces critères s’appuient autant que possible sur des normes ou instruments de mesure existants, ce qui facilite la planification. Cependant, la certification selon le SNBS demande d’importants efforts même lorsqu’il s’agit d’immeubles Minergie et que le label correspondant est pris en compte dans l’évaluation. Afin de généraliser cette approche globale, le Réseau Construction durable Suisse (NNBS) en met gratuitement à disposition les bases, permettant ainsi de construire des immeubles dans le respect des règles relatives à la durabilité des bâtiments, et ce même en l’absence de certification.

Autres labels

Il existe un grand nombre de labels dans ce domaine impliquant d’autres acteurs. Parmi les concurrents étrangers et les gros investisseurs, les certifications LEED ou BREEAM sont notamment incontournables. Si ces deux derniers se focalisent surtout sur les thématiques environnementales et sociales, le label Deutsche Gütesiegel für nachhaltiges Bauen (DGNB) intègre également l’aspect économique.

Depuis 1998, Minergie est le label suisse dédié au confort des bâtiments, à l’efficacité énergétique et au maintien de la valeur du patrimoine immobilier. La priorité est accordée au confort des espaces de vie et de travail pour les occupants d’un bâtiment, qu’il s’agisse d’une construction neuve ou d’un ancien bâtiment rénové.
www.minergie.ch

Le Certificat énergétique cantonal des bâtiments indique combien un bâtiment d’habitation consomme en énergie, lors d’une utilisation standard, en chauffage, en eau chaude sanitaire, en éclairage et en autres consommateurs électriques.  Il permet une comparaison avec d’autres bâtiments et propose des mesures d’optimisation.
www.cecb.ch

Le standard Construction durable suisse (SNBS) tient compte équitablement des trois dimensions que sont la société, l’économie et l’environnement dans la planification, la construction et l’exploitation. Les bâtiments peuvent être classés dans les catégories «argent», «or» et «platine».
www.snbs.chwww.snbs-cert.ch

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Genève construit plus… mais Genève construit mal !

Chaque année, le Crédit Suisse réalise une étude du marché immobilier. A la demande de la Chambre genevoise immobilière, l’étude 2018 tient davantage compte des spécificités genevoises telles que les PPE en zone de développement.
Pascal Pétroz
3 minutes de lecture