Solar decathlon : la maison du futur sera-t-elle suisse ?

31 octobre 2017
839 vues
4 minutes de lecture

Une équipe helvétique participe à un concours, organisé par le Département américain de l’énergie, de conception d’une maison solaire économe en ressources.

Douze équipes d’étudiants internationaux ont rivalisé d’inventivité pour créer leurs prototypes de maisons solaires ! En octobre 2017, elles sont présentées en taille réelle lors du concours Solar Decathlon à Denver, aux Etats-Unis. Avec son projet « Swiss Living Challenge », une équipe suisse fait partie des candidats sélectionnés. Sur les rails depuis 2 ans, sa maison de quartier écologique « NeighborHub » combine le savoir-faire des étudiants de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), de la Haute école d’ingénierie et d’architecture de Fribourg (HEIA-FR), de la Haute école d’art et de design de Genève (HEAD) et de l’Université de Fribourg (UNIFR).

Cette maison qui mise sur une utilisation raisonnée des ressources et sur l’énergie solaire offre une mine d’idées pour la construction de logements écologiques.

Des panneaux photovoltaïques en façade

Une de ses originalités réside dans l’installation de 29 panneaux photovoltaïques sur les façades – et non sur le toit ! Bien que ces surfaces soient davantage exposées aux ombres faites par les immeubles voisins, l’équipe souhaite prouver la rentabilité de ce système. Pour plus d’efficacité, l’astuce est d’équiper chaque panneau d’un optimiseur de puissance, qui suit et ajuste la performance des cellules photovoltaïques en continu. Et cela fonctionne : la maison produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme !

Une toiture végétalisée

Le toit est ainsi consacré à d’autres objectifs. En partie végétalisé avec un choix de plantes mellifères, il encourage la biodiversité. Un système de récupération des eaux de pluie permet de plus d’injecter cette ressource dans la maison.

Un double circuit d’eau

Pour utiliser au mieux la ressource précieuse qu’est l’eau, la maison comporte deux circuits. Dans un logement standard, l’eau potable alimente tous les services, alors que ce n’est pas justifié pour tous les usages (toilettes, lessive). Ici, l’eau de pluie sert à arroser le jardin et elle est également utilisée pour la lessive. L’avantage : sa faible teneur en minéraux limite l’entartrage des appareils. Les eaux grises qui ressortent du lave-linge, de la douche et des éviers sont traitées par un bassin de phytoépuration composé de roseaux et de gravier. Pour éviter le gaspillage d’eau dans les WC, des toilettes sèches ont été installées ; elles permettent la production de compost.

Végétation et biodiversité

Pour une production de légumes d’appoint, les étudiants ont aussi misé sur un système de culture en aquaponie, dans des serres verticales intégrées à la maison. Les plantes poussent ainsi au-dessus d’un bassin de poissons dont les déjections enrichissent l’eau en nutriments avant qu’elle ne soit pompée vers les racines des végétaux.

Le résultat

Le concours, qui s’est déroulé du 5 au 15 octobre aux Etats-Unis, a récompensé l’équipe suisse pour son projet de NeighborHub.

Photos : @Alain Herzog

»

Vous aimerez aussi :

Quartiers de Genève

Le Petit-Saconnex : un magnifique balcon avec vue sur le Petit Lac et le Salève

Alors que son grand frère le Grand-Saconnex a conservé son statut de commune, le Petit-Saconnex a été rattaché à la Servette pour former un quartier de la Ville de Genève. Dans l’esprit des Genevois, toutefois, ces deux territoires présentent un caractère très différent. L’urbanisation est bien moins intense au Petit-Saconnex, qui a gardé les traces de son cœur historique.
Pierre-Henri Badel
14 minutes de lecture