Médiamaticien : Prendre une longueur d’avance dans le monde numérique

27 octobre 2019
288 vues
5 minutes de lecture

De nouveaux médias nécessitent de nouvelles connaissances. A l’ère du Web et des réseaux sociaux, les médiamaticiens sont très recherchés. Leur polyvalence leur permet d’être le point central de la digitalisation des divers départements d’une structure pour la diriger vers une entreprise 4.0. Les régies immobilières l’ont bien compris et sont de plus en plus intéressées à former de jeunes médiamaticiens. Ces derniers deviennent rapidement une aide indispensable en associant des compétences techniques, artistiques et administratives à un sens développé de la communication. 

En recourant à toute une palette d’outils informatiques (HTML, CSS, Javascript, Photoshop, bases de données, etc.), les médiamaticiens créent des contenus en images ; ils réalisent des vidéos, des textes, des interviews et des éléments audio. Ces supports servent à alimenter les sites Web et les réseaux sociaux, ainsi que les présentations orales, les flyers et les brochures.

Comme l’explique Valérie Senglet de l’Interface Entreprises à l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue à l’Etat de Genève, « ces professionnels du numérique ont la capacité de penser en réseau. Créatifs, communicatifs et passionnés par les nouvelles technologies, ils s’adaptent aux besoins spécifiques des entreprises, en actionnant l’une ou l’autre des cordes qu’ils ont à leur arc ».

En effet, les médiamaticiens peuvent intervenir dans divers domaines, à savoir : marketing et communication ; multimédia ; conception et design ; informatique ; administration et économie d’entreprise ; gestion de projet. Leurs travaux les amènent à être en contact régulier avec les collaborateurs de l’entreprise, les clients, les sociétés d’informatique, les maisons d’édition et les imprimeries. A la Régie du Rhône, un apprenti médiamaticien vient d’être engagé. Il est associé au département Marketing comme support à la création de médias digitaux, tels que photos, vidéos et prises de vues par drone.

Assurer les bases

La première année d’apprentissage peut s’effectuer dans un centre de formation professionnelle. Pour la Suisse romande, il s’agit de 3Sheds situé à Yverdon-les-Bains, une école partenaire de ICT Médiamatique romande ; vu la demande, des classes vont s’ouvrir à Genève dès janvier 2020. Si ce n’est pas une obligation, les entreprises partenaires désireuses d’engager des apprentis médiamaticiens semblent y trouver leur compte. « Elles sont soulagées de certaines contraintes, notamment liées aux compétences opérationnelles. La plupart des régies conventionnelles ne couvrent en effet pas entièrement tous les aspects de la formation de médiamaticien » explique Olivier Poletti, Directeur général du centre de formation 3Sheds et vice-président de l’association ICT. Cette année de base – suivie par environ 60% des apprentis suisses romands – permet aux employeurs de se concentrer sur les domaines-clés répondant aux besoins de leur structure. Par ailleurs, les jeunes réalisent la totalité des cours interentreprises pendant cette première année.

Avec le soutien d’un tuteur, les apprentis travaillent sur les mandats transmis directement par l’entreprise. « Nous apprécions particulièrement la possibilité de moduler l’apprentissage avec 3Sheds selon les projets de notre agence et travaillons de concert avec l’apprenti et ses enseignants, précise Alexandra Mazuay, responsable Marketing / Marketing & Evénements à la Régie du Rhône. Durant cette année de base, nous souhaitons revoir les visuels qui viendront illustrer le nouveau site Internet unifié pour la Régie du Rhône, Gerofinance-Dunand et la Régie de la Couronne. Notre apprenti réalisera donc des photos pour mettre en valeur les sites de nos agences et nos équipes ».

Après cette première année, les apprentis sont en grande partie autonomes, prêts à poursuivre leur formation sur leur lieu de travail en ayant déjà la capacité de piloter les processus de digitalisation. Par ailleurs, grâce à leurs connaissances du cadre légal lié à la protection des données, ils savent conseiller les collaborateurs sur les risques potentiels de transferts de fichiers, un domaine particulièrement sensible pour les régies immobilières. « Notre apprenti médiamaticien sera par la suite amené à monter des vidéos et réaliser des reportages sur nos projets immobiliers neufs. En outre, du fait de sa formation complémentaire en télépilote de drone et en thermographie (ces cours font partie des prestations de la première année à 3Sheds), il aura amélioré ses compétences et pourra offrir davantage de services à notre clientèle » précise Alexandra Mazuay. Ce métier a sans aucun doute de l’avenir, puisqu’on estime qu’environ 6’000 médiamaticiens manqueront en Suisse d’ici 2024 !

En pratique

L’apprentissage de médiamaticien s’effectue sur quatre ans au sein d’une entreprise formatrice (3-4 jours par semaine). Il s’adresse aux jeunes ayant terminé l’école obligatoire. Les connaissances théoriques nécessaires sont dispensées à l’école professionnelle (Centre de formation professionnelle technique ou CFPT, pour le canton de Genève), à raison de 1-2 jours par semaine. De plus, des compétences importantes sont transmises dans le cadre de cours interentreprises (25 jours au total).

Pour permettre le développement du métier, une année de base est proposée (centre 3Sheds). Si elle représente un surcoût de l’ordre de CHF 3’000.-, elle assure dès la 2e année une rentabilité de l’apprenti, qui deviendra au terme de sa formation une ressource efficiente. Le centre 3Sheds assiste également les entreprises dans la sélection des dossiers de candidature des apprentis, ainsi que dans la conduite des entretiens individuels ; enfin, il propose un soutien pendant toute la durée de l’apprentissage (inclus dans le prix de l’année de base).

Après leur apprentissage, les médiamaticiens peuvent accéder à la formation supérieure et aux hautes écoles spécialisées.

 

Informations sous :

www.ict-mediamatique-romande.ch
www.orientation.ch
www.3sheds.ch

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

La mixité est indispensable !

La question de la proportion des logements et de l’étatisation du sol a été largement débattue depuis plusieurs mois et continuera encore à nous occuper dans les semaines à venir.
Anne Hiltpold
3 minutes de lecture