Gestionnaire de biens immobiliers : un métier passionnant et évolutif

21 juin 2019
539 vues
6 minutes de lecture

Valoriser et faire fructifier son bien immobilier demande des compétences multiples. C’est pourquoi, nombre de particuliers confient leur patrimoine à un gestionnaire de biens. Monique Luy-Gaillard a rejoint la régie Brolliet il y a 17 ans pour des postes à responsabilités dans divers secteurs, avant de devenir gestionnaire de portefeuille. Interview d’une professionnelle qui allie savoir-faire et connaissances.

Quel est le rôle d’un gestionnaire de biens immobiliers ?

Monique Luy-Gaillard, gestionnaire de biens immobiliers chez Brolliet SA

Monique Luy-Gaillard : Le gestionnaire de biens est chargé d’optimiser en termes de rentabilité et de qualité l’immeuble ou le parc immobilier dont il s’est vu confier la gestion. Il sert d’interface entre le propriétaire et le locataire. Son travail comporte la location, les aspects techniques, administratifs et financiers. Il conseille le propriétaire sur la valeur locative des objets, se charge de la rédaction et de la publication des annonces, de l’information aux futurs locataires, ainsi que de la réception des dossiers d’inscription. Dans le contexte du choix d’un locataire, il procède au tri des dossiers susceptibles d’être retenus, rédige les baux, requiert la garantie et s’assure des formalités d’entrée. Le gérant renégocie les baux à l’échéance et suit l’évolution des contrats. Il fait en sorte que les relations entre locataires soient les plus harmonieuses possibles. Du point de vue technique, il met au point des stratégies d’entretien et accompagne les rénovations. Sa mission consiste à préserver, voire valoriser la substance de construction et le rendement d’un immeuble.

Comment est organisé le service gérance au sein de la régie Brolliet ?

M. L-G : La gérance est au cœur du métier de Brolliet SA. La gestion d’un état locatif global d’environ 300 millions est assurée au quotidien par notre service composé d’environ 80 collaborateurs chargés de plus de 1’000 immeubles. Le service gérance est organisé par groupes de trois personnes aux compétences complémentaires : un technicien, un collaborateur administratif et un assistant technique. Chaque groupe gère une centaine d’immeubles. Des gestionnaires de portefeuille supervisent et encadrent plusieurs équipes, tout en étant les interlocuteurs dédiés pour les clients-propriétaires. Cette organisation par équipes pluridisciplinaires optimise la réactivité des intervenants et permet de traiter de manière rapide et efficace les demandes. La technologie et les différents outils mis à disposition des propriétaires sont également utiles pour simplifier les démarches, conserver un historique et établir des rapports.

Pouvez-vous nous décrire vos principales tâches ?

M. L-G : Il s’agit avant tout de valoriser le patrimoine selon une stratégie définie avec le client : comment veut-il faire vivre son immeuble ? Quels sont ses moyens et ses exigences ? Ces dernières sont-elles réalistes ? Nous conseillons et orientons les propriétaires, notamment lors de travaux importants (rénovations, transformations, etc.). Nous les représentons devant les autorités et les tiers, par exemple pour les démarches administratives ou en cas de litiges. Les gestionnaires de portefeuille élaborent et suivent les budgets des immeubles, contrôlent les comptes et valident les chantiers. C’est à eux que revient la responsabilité de l’opérationnel dans les groupes, ainsi que la qualité du service rendu.

Quels sont les aspects motivants de votre métier ?

M. L-G : C’est un travail très varié qui implique la recherche de solutions à des problématiques juridiques, techniques, comptables, etc. J’apprécie les relations avec les multiples intervenants : propriétaires, locataires, collègues, partenaires, architectes, fournisseurs, services de l’Etat, etc. Enfin, rester au courant de l’évolution des technologies et des législations est un défi permanent !

A votre avis, quel est le bon profil pour devenir gestionnaire de biens immobiliers ?

M. L-G : Il doit certainement faire preuve d’esprit d’analyse, avoir d’excellentes connaissances du droit du bail et des différentes législations touchant les domaines de la propriété et de la construction. Bien qu’il ne soit pas tenu de maîtriser tous les aspects techniques, il se doit d’en avoir une bonne compréhension. Les aspects comptables et fiscaux sont également importants. Enfin, un bon gérant a une vision proactive, orientée vers l’entretien et l’amélioration constante de la rentabilité des objets.

Et les qualités humaines requises ?

M. L-G : Etre à l’écoute, savoir communiquer et faire preuve de transparence sont essentiels. A cela s’ajoutent un sens de l’éthique et une faculté d’adaptation. J’estime aussi qu’un gestionnaire de biens doit avoir une sensibilité au développement durable et aux évolutions sociologiques (modes et typologies d’habitat, structure de la famille, etc.).

Quels problèmes rencontrez-vous dans votre pratique ?

M. L-G : Le droit du bail est complexe, avec toutes ses particularités dont il faut tenir compte au quotidien. Le locataire a par exemple la possibilité de contester le loyer initial selon une corrélation entre rendement admissible et taux hypothécaire de référence. Il faut savoir que ce dernier a beaucoup évolué depuis la mise en œuvre de cette disposition et qu’il est aujourd’hui fixé à 1.5%. Dans certains cas, des demandes de prolongations de bail demandées par le locataire peuvent mettre en péril la situation du propriétaire qui aurait un besoin urgent de reprendre le bien pour son propre usage ou une nécessité financière de vendre. En effet, même si la prolongation devait être refusée au locataire requérant, la seule durée de la procédure pourrait porter préjudice au propriétaire. Le cadre légal peut également être contraignant, notamment lors de travaux d’entretien et de valorisation de l’immeuble (avec la LDTR, Loi sur les démolitions, transformations et rénovations).

Comment accède-t-on à ce métier ?

La formation Immobase fournit, entre autres, des connaissances générales en matière de gérance (locative, PPE, coopérative) et des outils que les collaborateurs peuvent utiliser dans leur pratique professionnelle. Elle aborde les aspects courants de l’activité de gérance (administrative, technique, financière, comptable). Ce cursus permet aux participants d’acquérir des notions juridiques, de développement durable et de communication. La formation donne lieu à un examen, validé par un certificat. Pour aller plus loin, il est ensuite possible de se perfectionner et d’approfondir ses connaissances en suivant la formation Immoplus. Les cours Immobase et Immoplus sont de bonnes préparations pour les futurs candidats au Brevet fédéral de Gérant d’immeubles.

Informations sur : www.apgci.ch

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Nous obtenons des prix plus justes en zone de développement

Notre association a dû prendre acte de la volonté du Grand Conseil de prévoir dans le Plan directeur cantonal des déclassements possibles équivalant à 11% de la zone villa. Nos multiples interventions et notre prise de position exprimée dans le cadre de la première révision de ce Plan, ont incité le Grand Conseil, ce printemps, à préciser que ces 11% sont un maximum à ne pas dépasser.
Christophe Aumeunier
3 minutes de lecture