Éco21 immobilier : un nouveau plan d’action pour les acteurs de l’immobilier

24 avril 2019
384 vues
7 minutes de lecture

SIG et l’Etat de Genève proposent depuis le début de l’année, un accompagnement sur-mesure pour les acteurs de l’immobilier. Découvrez les détails du nouveau programme avec Nicolas Velebit, Responsable du plan éco21-immobilier.

Vous proposez un nouveau plan d’actions pour les acteurs de l’immobilier. Quels sont les bénéfices de ce nouvel accompagnement ?

Nicolas Velebit : Une gestion énergétique efficiente et durable d’un parc immobilier prend du temps. Aussi, nous avons voulu venir en aide aux régies et aux propriétaires immobiliers possédant un plusieurs bâtiments. En collaboration avec le Canton, nous leur proposons un accompagnement qui intègre notamment une aide de spécialistes, un outil informatique d’identification et de suivi des actions de performance énergétique (APE), des formations ou des subventions.

Concrètement, nous nous engageons avec un acteur de l’immobilier pour une durée de 3 ans. L’idée est de définir chaque année un plan d’actions ambitieux mais réalisable sur un parc immobilier. Nous mettons ensuite à disposition de la régie ou du propriétaire les outils nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Ce plan d’actions dédié à l’immobilier concerne aussi bien les actions d’efficience énergétique sur toutes les installations techniques du bâtiment que la rénovation énergétique de ce dernier. C’est aussi un moyen de répondre au partenariat signé entre le propriétaire et l’Etat.

Comment obtenir une aide financière pour mener ces actions ?

N.V. : Avant la mise en œuvre de ce programme, nous donnions des primes aux propriétaires sur les économies réalisées lors d’actions de performance énergétique. Nous avons voulu aller plus loin.

Les régies jouent le rôle de chef d’orchestre quand il s’agit de mettre en place des actions de performance énergétique. Ce travail d’identification des actions, de proposition d’actions au propriétaire, de demande de devis aux prestataires et d’analyse du cahier des charges des travaux doit être plus soutenu. Pour chaque action électrique réalisée, une subvention de CHF 250 est désormais versée aux régies.

Pour ce qui est des actions sur les chaufferies par exemple, certaines chaudières alimentent plusieurs allées qui sont gérées par différentes régies, complexifiant la mise en place de projets d’optimisation. En effet, un accord de tous les acteurs est nécessaire pour déployer une solution de ce type. Grâce à notre solution chaufferie, anciennement appelée « contrat d’optimisation énergétique (COE) », la régie en charge de l’installation recevra une prime de CHF 400 ou CHF 800 par solution selon si celle-ci concerne des allées gérées par une ou plusieurs autres régies.

Sachant que globalement une régie peut mener jusqu’à 40 ou 50 actions électriques et thermiques par année, ces nouvelles subventions représentent une manne financière intéressante.

Par ailleurs, régies ou propriétaires font souvent appel à des bureaux d’ingénieurs pour planifier des actions sur leur parc ou faire une étude détaillée sur une installation. Pour les aider dans ces différentes démarches, toute régie ou propriétaire qui aura signé pour un accompagnement recevra des subventions qui permettront de rétribuer le bureau d’ingénieur jusqu’à hauteur de 50 % du mandat accompli.

Qu’en est-il de la rénovation ? Les projets de rénovation sont-ils aussi soutenus ?

N.V. : Côté rénovation, le canton et SIG ont mis sur pied une solution dédiée : la Solution Rénovation. L’objectif est de rendre aux propriétaires immobiliers genevois la démarche de rénovation plus aisée et d’assurer une bonne performance énergétique du bâtiment rénové.

Concrètement, des prestataires agréés et formés proposent des prestations d’Assistance à maîtrise d’ouvrage énergie (AMOen) et d’Assistance à maîtrise d’usages (AMU) lors de rénovations de bâtiments d’habitations. Pour soutenir les acteurs de l’immobilier, l’Etat de Genève et SIG accordent des subventions à cet effet, grâce notamment aux fonds provenant de la taxe sur le CO2.

L’objectif de la solution Rénovation est double. L’AMOen accompagne le propriétaire pour l’intégration de l’énergie dans toutes les phases du projet et permet une meilleure atteinte des performances visées. En instaurant un dialogue avec les habitants, l’AMU fait, lui, le pont entre les acteurs du projet de rénovation et permet ainsi de mieux intégrer les habitants dans les travaux. A la clef, les acteurs impliqués bénéficient d’un dialogue plus ouvert et d’une meilleure acceptation des travaux par tous. Tout le monde y gagne !

Quel rôle joue l’Etat dans le programme éco21 ?

N.V. : La mise en place de l’accompagnement et des solutions techniques du programme éco21 dans l’immobilier est issue d’un travail commun entre SIG et l’Etat de Genève.

Cette année, le barème des subventions de l’Etat s’est encore étoffé. SIG et l’Etat regardent dans la même direction depuis longtemps en faveur de l’efficience énergétique et du développement des énergies renouvelables. La plateforme GEnergie2050 est l’une des concrétisations de ce partenariat.

Tous les plans d’actions d’éco21 sont ainsi imprégnés d’une manière ou d’une autre de ce dialogue avec l’Etat. Nous parlons ici d’immobilier, mais les plans pour les PME, grandes entreprises, particuliers, collectivités bénéficient également de cette collaboration.

Quel est l’intérêt pour SIG de mener ce programme ?

N. V. : Depuis 11 ans, SIG pilote le programme éco21 qui vise à réduire la consommation d’énergie du canton. Depuis son lancement, éco21 a permis d’économiser 179 GWh, ce qui équivaut à la consommation annuelle de 60’000 ménages genevois. Cette réussite n’est possible que grâce à l’engagement fort des professionnels du secteur (régies, bureaux d’ingénieurs, chauffagistes, électriciens, etc.). SIG devient ainsi un acteur reconnu au niveau national et même au-delà dans le domaine de la transition énergétique.

Aujourd’hui, l’Etat de Genève, SIG et tous les acteurs de l’immobilier poursuivent leurs efforts pour accélérer la transition énergétique du canton. Les nombreuses mesures menées permettent d’apporter un coup d’accélérateur à l’assainissement énergétique du parc immobilier genevois ainsi qu’au développement des énergies renouvelables. C’est l’engagement de toutes et tous qui permettra la transition énergétique !

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Edito - Avril 2019

Le rationnement de PPE en zones de développement est contraire à l’intérêt public.
Pascal Pétroz
3 minutes de lecture