Le minimalisme, entre décoration et art de vivre

22 février 2019
285 vues
6 minutes de lecture

Courant artistique né dans les années 1960 aux États-Unis en réponse au Pop Art, le minimalisme a fait son grand retour grâce au best-seller de Marie Kondo « La magie du rangement ». Entre style décoratif et véritable art de vivre, il prône la faculté de vivre mieux avec moins. Idéal pour celles et ceux qui désirent un intérieur épuré et simplifié, il ne demande aucun investissement, excepté du temps. Si vous souhaitez changer votre intérieur, voici quelques règles à appliquer.

Faites le tri

Pour une décoration minimaliste, la première étape essentielle est celle du tri. Le but est de se débarrasser de tous les objets qui encombrent votre quotidien et qui, finalement, prennent inutilement de la place. La méthode « Konmari » préconise de s’y atteler objet par objet : les vêtements d’abord, les livres ensuite, etc. Cette façon de procéder permet de rapidement se rendre compte de la quantité de choses possédées pour pouvoir ensuite en abandonner plus facilement. Cependant, rien ne vous empêche d’opter pour un tri pièce par pièce.

Le principe est simple : jetez, donnez ou vendez tout ce qui ne vous sert plus ou ne vous apporte aucune joie particulière. Ce pull que vous aviez trouvé en solde, mais que vous n’avez jamais mis ? Il fera sans doute plaisir à un ou une amie, ou à un membre de votre famille. Ce vase que vous aimiez tant, mais dont vous vous êtes lassé ? Une association pourrait le revendre. Soyez ainsi honnête avec vous-même et ne culpabilisez pas de ne plus utiliser ces objets : ils ont rempli à un moment donné leur fonction, mais il est désormais temps de passer à autre chose.

Le principal frein que chaque personne rencontre est le fameux « et si ? » : et si ça revenait à la mode ? Et si j’en avais à nouveau l’utilité ? Dites-vous que sur la centaine d’objets qui vous font hésiter, seulement 2 ou 3 vous manqueront effectivement dans le futur. Vous pourrez tout à fait les racheter si le besoin s’en fait ressentir, rien n’est immuable.

Petit à petit, vous verrez que, finalement, vous mettrez de moins en moins de temps à trier vos affaires et serez enclin à jeter ou donner beaucoup plus rapidement des objets dont vous n’avez plus l’utilité.

Sélectionnez vos meubles

Une fois le tri effectué, vous avez naturellement moins d’affaires à ranger. Se pose alors la question : « ai-je réellement besoin de tous ces meubles ? » Inspectez-les un à un puis interrogez-vous sur leur utilité. Cette bibliothèque est remplie de livres que vous ne relirez plus jamais ? Une association sera ravie de les recevoir en don.

Pour que votre décoration soit minimaliste, tout ce qui est en trop doit être retiré, y compris votre mobilier. Les tableaux et autres décorations sont également concernés si, trop nombreux, ils encombrent vos murs.

Si vous décidez de tout jeter pour réinvestir dans de nouveaux meubles qui seront plus adaptés à votre décoration récente, choisissez-les soigneusement. Le minimalisme préfère les lignes simples et épurées, monochrome, avec des matériaux naturels mais résistants, qui dureront longtemps. L’objectif final étant d’acheter des meubles qui ne demanderont pas à être remplacés pour minimiser les frais financiers et écologiques.

Trouvez une place pour chaque objet

Si vous avez décidé d’opter pour une décoration minimaliste, c’est sans doute parce que vous appréciez sa finesse et la sensation de dégagement qu’il en ressort. Le secret réside dans les surfaces qui doivent être dépourvues d’objets, tels que bibelots, bougies et autres objets décoratifs inutiles. Ainsi, pour que rien ne traîne sur votre table basse, il est important que toute chose ait une place qui lui a été attribuée.

De cette manière, vous aurez moins de mal à ranger votre intérieur puisque vous saurez immédiatement où mettre chaque ustensile. Pour optimiser votre rangement, classez vos objets par fréquence d’usage. Si, par exemple, vous utilisez votre liseuse tous les jours, installez-la dans un endroit facilement accessible. Si, au contraire, vous ne vous en servez qu’une fois par mois, vous pouvez vous permettre de la déposer dans un lieu difficilement atteignable.

Choisissez le monochrome

Pour un effet complètement épuré, on évite de surcharger ses surfaces, mais aussi les couleurs de son domicile. Le monochrome s’invite alors dans notre décoration minimaliste, et l’on privilégie le blanc, le noir et le gris, synonymes de sobriété et de simplicité. Ainsi, on peut décorer ses murs à l’aide d’une grande photographie en noir et blanc représentant un paysage ou un animal qui nous apaise, ou encore choisir un tapis gris perle qui, en plus d’être utile et confortable, apportera une touche d’élégance au salon.

Si vous achetez, donnez en retour

Maintenant que vous n’avez gardé que ce qui était utile et agréable pour vous, il va être important de ne pas à nouveau encombrer votre intérieur avec des objets qui s’amasseront rapidement si vous n’y prêtez pas attention. Pour se prévenir d’une telle situation, une règle simple est à appliquer : si vous apportez un objet chez vous, un autre doit partir. De cette manière, vous évitez tout achat compulsif puisque vous devrez vous demander constamment si vous le préférez réellement à celui que vous allez remplacer.

En plus d’être économique, la décoration minimaliste est aussi un style de vie écologique étant donné que vous réduirez significativement votre consommation. N’hésitez pas à donner ou vendre les choses dont vous souhaitez vous détacher, mais qui peuvent encore servir : vous diminuerez ainsi grandement vos déchets et vous pourrez offrir une seconde vie à votre décoration !

 

« »

Vous aimerez aussi :

Édito

Edito - Février 2019

En matière immobilière, bien des choses sont décidées dans notre canton, comme par exemple l’aménagement du territoire et les différentes zones, le droit de la construction ou encore la fiscalité cantonale. Mais ces normes, pour la plupart, reposent sur des bases fédérales ou doivent respecter des principes fixés par la Confédération. D’autres sujets sont réglés exclusivement par le droit fédéral, tels le droit du bail, le droit des contrats (entreprise, architecte, courtage), la poursuite et la faillite, le droit foncier et les droits réels, notamment le droit régissant la PPE.
Anne Hiltpold
3 minutes de lecture